English (United Kingdom)   French (Fr)

L’IRCAN

Le tout nouvel Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement de Nice, a vu le jour en janvier 2012. L’IRCAN, dirigé par le Pr Eric Gilson, est affilié à l’Université de Nice, au CNRS, à l’Inserm, au centre de lutte contre le cancer A. Lacassagne et au CHU de Nice. Les recherches menées à l’IRCAN sont résolument novatrices, car elles cherchent à comprendre les mécanismes biologiques unissant le vieillissement et les cancers, avec une attention particulière portée sur le rôle joué par le stress, qu’il soit lié à l’environnement, au mode de vie ou à sa propre physiologie. Ces études permettront de mieux traiter les cancers de différentes origines tissulaires et des maladies liées à l’âge, comme certaines formes de diabète, d’insuffisance rénale ou encore de maladies cardio-vasculaires. En particulier, de nouveaux tests de prévention, de diagnostic et des nouveaux médicaments sont à espérer. Une première pour mettre en phase des questions fondamentales de la biologie moderne avec le véritable problème de société et de santé public, que pose le vieillissement de la population mondiale. L’IRCAN va donc permettre d’augmenter le rayonnement international de la ville de Nice dans le domaine de pointe que constitue la recherche biomédicale sur le cancer et le vieillissement.

L’INSTITUT

L’Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement ou IRCAN (Institute for Research on Cancer and Aging, Nice) a vu le jour le 1er janvier 2012 au cœur du pôle hospitalo-universitaire Pasteur de Nice. L’IRCAN est fortement impliqué dans les activités de recherche, mais aussi d’enseignement et de formation.

Le Centre est affilié à l’Université de Nice Sophia Antipolis, au CNRS, à l’INSERM, au Centre de Lutte contre le Cancer Antoine Lacassagne et au Centre Hospitalo- Universitaire de Nice. Le Directeur du Centre, le Professeur Eric Gilson, est assisté par un conseil scientifique international, présidé par le Pr Jean-Marc Egly, Membre de l’Académie des Sciences et chercheur à Strasbourg.

L’OBJECTIF

Pour une population qui a la chance aujourd’hui de vivre de plus en plus longtemps, la problématique majeure reste le maintien de la santé et de l’autonomie, afin d’aborder cette étape de vie dans les meilleures conditions. En effet, l’âge reste le premier facteur de risque de cancers et de maladies dégénératives, touchant les systèmes nerveux, rénaux, cardio-vasculaires et métaboliques.

Les travaux de recherche de l’IRCAN visent précisément à comprendre au plus près les mécanismes du vieillissement et les dérégulations qui sont à l’origine des cancers de différentes origines tissulaires, de certaines formes de diabètes, de l’insuffisance rénale, de maladies neuro-dégénératives et de maladies cardio-vasculaires.

Ces études devront aboutir à de nouveaux tests de diagnostic et de mises au point de stratégies thérapeutiques pour traiter les cancers de différentes origines tissulaires et contrecarrer la dégénérescence des organes liée au vieillissement et au stress environnemental.

LES EQUIPES ET LES MOYENS

Les responsables scientifiques des équipes de l’IRCAN ont été recrutés au niveau international suite à deux appels d’offre publiés dans la revue Britannique de renom « Nature ». La sélection a été faite par le conseil scientifique de l’IRCAN constitué de chercheurs externes à Nice et de renom international. Ce choix a été validé par  l’AERES, le CNRS, l’INSERM et l’Université de Nice.

C’est donc 11 équipes de recherche et plus de 160 chercheurs, ingénieurs et techniciens, dont les meilleurs spécialistes mondiaux du domaine, qui constituent l’IRCAN. Ce nouveau centre de recherche bénéficie d’un équipement scientifique de pointe, telles que l’imagerie moléculaire et cellulaire, la cytométrie de flux ou l’analyse génomique à haut débit. La tumorothèque, commune au Centre Hospitalo-Universitaire de Nice et au Centre Antoine Lacassagne, complète ce dispositif et permet d’appliquer les découvertes fondamentales très rapidement à la clinique et donc au bénéfice des patients.